art and town.

« Le street art et le graffiti, c’est une invasion secrète ».

facebook : artandtown / website : artandtown / instagram : @artandtown

L’aventure a tout juste un an, aux commandes Rémy et Johanna, deux graffeurs et Victor, guide pro. Vous pourriez vous présenter en treize mots, tous liés à l’art urbain.

Rémy : Artiste graffiti passionné par l’art, la culture Hip Hop et la vie urbaine. Johanna : Tous poussés par cet optimisme de faire un métier que l’on aime.

Art and Town Tour, c’est un beau projet, vous nous expliquez comment il est né ?

Rémy : La rencontre entre deux artistes graffiti et d’un guide passionné par l’art et le street art. Johanna : Il s’est forgé avec nos acquis et l’expérience de nos métiers, par nos idées et notre imagination bouillonnante.

Victor et Sirhill, les guides ; Mika à la com’, l’équipe va-t-elle s’agrandir ?

Johanna : L’équipe a déjà changé. Kévin, notre guide, est la dernière recrue à nous avoir rejoint. L’équipe s’agrandit mais gagne surtout en expérience.

Quels sont vos quartiers et artistes préférés ?

Rémy : Paris 13, 18,19 et 20e / Mes artistes préférés sont Noé2, Mode2, Alex et Popaye. Johanna : MadC, El mac, Smug, Fintan Magee et beaucoup d’autres.

Avez-vous déjà graffé avec eux ?

Rémy : Avec Noé2, une fois. Johanna : Pour les autres, on croise les doigts pour en avoir l’occasion.

Avez-vous une opinion sur les artistes qui exposent en galerie ?

Rémy : J’aime bien, cela nous fait découvrir d’autres facettes de leur travail. Johanna : Cela permet de se découvrir soi-même dans un contexte où l’on n’attend pas vraiment un street artiste. Pour moi, exposer dans une galerie est aussi une performance mais il ne doit pas en rester là.

On aimerait savoir comment vous déterminez les quartiers à visiter ? Le 13e, le 18e ou encore les 19/20e sont déjà très connus, reste-t-il encore des « coins » inexplorés ?

Rémy : Le street art est presque partout, il faut juste apprendre à regarder. Pour déterminer les parcours dans les quartiers, on se balade, on observe, on scrute. Si le quartier et les œuvres sont cool on effectue des tests entre nous. Pour l’instant, rien n’est déterminé mais il y a encore de multiples possibilités. Johanna : Cette technique de repérage reste habituelle chez un graffeur, avec un guide à nos côtés, cette expérience est d’autant plus intéressante.

Les touristes ont la chance, au détour d’une rue, de suivre les performances d’artistes. C’est un concept unique. Vous prévoyez à l’avance de telles rencontres ?

Rémy : Non, c’est au petit bonheur la chance. On la provoque un peu en passant dans des coins où on peut les croiser ou bien encore lorsque l’on a des amis artistes de passage en allant peindre avec eux sur le parcours. Johanna : On essaye de joindre l’utile à l’agréable et partager ce plaisir avec notre entourage. Étant artiste, cela reste une agréable opportunité de plus pour rencontrer nos amis dans ces conditions.

On peut également voir des œuvres du crew 934 ?

Rémy : Cela peut arriver.

En moyenne, les visites guidées se font à combien de personnes ? Vous avez des retours d’expérience ?

Rémy : C’est assez variable mais cela va de 5 à 15 personnes. Johanna : On a beaucoup de retours positifs sur ce concept. Cela nous touche et nous motive davantage à le pousser encore plus loin avec de nouvelles idées.

Est-ce que l’on peut faire un parallèle entre les circuits « Kicking Yellow dans le 20e » et « Royal Purple dans le 13e » et le parcours Street Art Bushwick à Brooklyn ?

Rémy : Ce sont tous des parcours où passent les grandes figures du street art et du graffiti dans ces grandes capitales. Ils permettent tous de découvrir une ville et ses quartiers autrement.

Racontez-nous l’origine des noms de ces deux circuits, hommage à des œuvres de street artistes ?

Johanna : Nous sommes fans des couleurs de bombes ! Il a paru évident de les nommer ainsi car notre univers artistique nous inspire au quotidien.

Si on vous dit : « autopsiart », vous répondez…

Rémy : Analyse de l’art. Johanna : Maîtrise.

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter ?

Rémy : Le street art et le graffiti, c’est une invasion secrète. On souhaite qu’elle continue encore et encore à colorer nos villes. Johanna : Que de belles aventures hautes en couleurs pour que l’on puisse vous les illustrer.

Y a-t-il une question que l’on ne vous a pas posée et à laquelle vous aimeriez répondre ?

Johanna : C’est pour quand la prochaine visite ? Rémy : Non, c’est une bonne autopsie. Maintenant, faut recoudre docteur !